Comment savoir si vous êtes capables de courir un marathon ?

premiere-course-marathon

J’ai récemment fait une course épique, au cours de laquelle j’ai dépassé mon plateau en termes de kilomètres sans souffrir d’effets néfastes immédiats, et je ne peux pas m’empêcher de me demander si je devrais tout simplement encore aller plus loin. Je sais bien que je peux courir un semi-marathon, mais certainement à un rythme plus lent que je ne le voudrais, mais est-ce que je pourrais courir un marathon la saison prochaine ?

Je me demande ce qui motive les gens et quel est leur cheminement lorsqu’ils prennent la décision de courir un marathon. Maintes et maintes fois je me dis que l’émotion est la principale raison. Ce sentiment de force, de beauté, de puissance. J’ai déjà lu des articles qui parlent de cette émotion unique que vous ressentez lorsque vous courez un marathon. Mais ce que je veux vraiment savoir, c’est : comment savoir lorsqu’on est prêt à courir un marathon ?

Courir un marathon, oui mais quand ?

Comment puis-je être sûr que mon corps est prêt à supporter des heures et des heures de course ? Et qu’en est-il de mon état d’esprit ? J’ai fait beaucoup de courses entre 12 et 20 kilomètres, quelques courses de 22 kilomètres et une course épique de 25 km. Je sais que je peux m’accrocher et courir pendant deux heures. Mais quatre heures et demie ?

Après quelques recherches sur Internet j’ai rapidement remarqué qu’on retrouve quelques thèmes récurrents autour de la question si oui ou non vous devez entreprendre un entraînement au marathon.

Lire : La différence entre courir un marathon et tout donner

1. Votre expérience de coureur

De très nombreux sites suggèrent d’avoir au moins un an d’expérience avec un entraînement d’au moins 10km trois fois par semaine. Jeff Gadet du site competitor va même jusqu’à dire que vous devriez être en mesure de faire une moyenne de 50 km par semaine pendant cinq ou six semaines avant même de commencer votre entraînement spécial marathon.

2. Votre temps d’entraînement

Se fixer un objectif de 42,195 kilomètres exige du dévouement. Il faut donc vous y consacrer entièrement et n’avoir rien d’autre à penser (ne pas penser à sa carrière, à une relation amoureuse, à sa famille ou à ses études). Toutes ces choses ne doivent pas être en compétition avec votre entraînement spécial marathon

marathon-entrainement-tapis

3. Votre capacité à suivre un programme d’entraînement pour marathon

Ce n’est peut-être pas à 100 % nécessaire, mais vous devez vous demander si vous êtes capable de suivre un programme d’entraînement pour pouvoir arriver finalement à courir un marathon ? Il y a tellement de programmes complets pour les débutants ! Si vous suivez un des programmes marathon proposé par certains coachs, il suffit de faire deux courses de 30 minutes par semaine plus une grosse séance d’entraînement le week-end, qui doit atteindre les 43 kilomètres quelques semaines avant la course. Je ne pense pas que je me sentirais mentalement prêt à courir pendant quatre heures le jour de la course en suivant un programme comme celui-ci. Des programmes plus faciles nécessitent quatre jours d’entraînement par semaine, deux d’entre eux sont généralement assez faciles – je veux dire 8 kilomètres ou moins – avec un total de 32 kilomètres. Encore une fois, je ne pense pas que je pourrais me mettre dans le bon état d’esprit pour courir un marathon avec un total de seulement une trentaine de kilomètres par semaine.

Lire : Comment s’alimenter et s’hydrater pendant un marathon ?

J’ai couru 25 kilomètres hier, mais je pourrais probablement en courir une trentaine dans quelques semaines. Est-ce que cela signifie que je peux courir un marathon ? Pas encore. Le Furman Institute of Running and Scientific Training (FIRST) propose un programme d’entraînement pour les débutants qui ne nécessite que trois séances d’entraînement par semaine, mais elles sont un peu plus difficiles et vous pouvez aussi ajouter des entraînements croisés ou des courses plus faciles les jours où vous ne vous entraînez pas. Ce programme permet seulement de courir un total de 32 km. C’est le programme que j’ai choisi, car j’aime surtout la liberté qu’il propose, mais comme il s’agit d’un programme qui s’étend sur 18 semaines et que j’ai environ un mois de marge de manœuvre, je vais au moins courir une course longue de plus par semaine afin de me galvaniser mentalement avant de courir mon marathon.

Lire : L’importance de la récupération après un marathon

4. Demandez-vous pourquoi vous voulez courir un marathon

Personnellement, je veux courir un marathon pour la même raison qui m’a poussé à commencer à m’entraîner : juste pour voir si j’en suis capable (ça n’est pas forcément une bonne raison, mais au moins elle est honnête). Il ne s’agit pas d’impressionner qui que ce soit. Lorsque j’ai parlé à mon mari de mes courses de 25 kilomètres, il m’a dit « tous tes amis pensent que tu es folle non ? » Ma mère s’inquiète, car elle trouve que je cours trop. Mais elle fait partie de ce genre de personnes qui s’inquiètent constamment et pour un rien, qui n’a jamais couru de sa vie et qui ne pourra jamais comprendre la mentalité et les motivations d’un coureur. Peu de gens comprennent ce qui pousse les sportifs à pratiquer leur sport, particulièrement lorsqu’il s’agit de la course. Je ne suis pas sûr de bien tout comprendre moi-même.

Et vous ? Vous êtes-vous déjà demandé ce que ça vous fera lorsque vous aurez couru votre premier marathon ? La sensation quand vous franchissez enfin la ligne d’arrivée ?

 

 

Partagez l'article :

À propos de Emilie De Bersacque

Emilie est coach et pratiquante de course à pied depuis plusieurs années. Elle s'est spécialisée sur le 10 km et le semi-marathon. Elle suit de près l'actualité de la course et les dernières études pour améliorer ses entrainements.
INFORMER PARTAGER MOTIVER
7e30e7e73b7a43f7cd62571754f7f2f6wwwwwwwwww

Sélectionnez votre programme et recevez :

VOUS VOULEZ TRANSFORMER VOTRE PHYSIQUE ?