L’oxygène dans la pratique de la course

L’oxygène, l’élément clé pour toutes les activités physiques

RECEVEZ-LE GRATUITEMENT

On s’interroge fréquemment sur les rythmes d’entrainement, sur les nouvelles règles à adopter en matière d’hygiène alimentaire, voire même à identifier les compléments alimentaires utiles et nécessaires lorsque l’on pratique une activité physique.  Pour tous les sports et plus généralement pour tous les efforts demandés à notre organisme, un autre facteur s’impose comme prépondérant et essentiel, semblant même primer sur tous les autres : l’Oxygène.
Consommé par le corps, l’oxygène permet de prolonger un effort, d’améliorer ses facultés de récupération et d’endurance. Indissociablement lié au muscle cardiaque, l’oxygène est aussi nécessaire au sport qu’il l’est à la vie tout simplement. Comprendre le rôle exact de l’oxygène sur l’organisme et sur les efforts musculaires revient à s’intéresser aux mécanismes permettant à notre organisme de solliciter nos muscles.

Un rôle complexe et essentiel à la fois

L’oxygène reste indispensable et nécessaire au fonctionnement de chacun de nos organes. Le cerveau, le foie, les muscles, les poumons,…..nécessitent un besoin plus ou moins important en oxygène, et dès lors qu’un organe est sollicité, ce besoin s’accroit.
Pour répondre à cette nécessité, l’organisme utilise de l’oxygène, qu’il accumule par la respiration.  L’oxygène est inspiré dans par les voies respiratoires et il convient alors de véhiculer ce dernier jusque vers les muscles ou les organes sollicités. C’est par le sang que cet oxygène est distribué. Pour schématiser, le sang se compose de globules rouges (c’est ici qu’est transporté l’oxygène), de globules blancs (cela correspond à notre système immunitaire et ils servent à lutter contre les microbes) et des éléments nutritifs (le glucose est ainsi transporté par le sang).
Si la fonction respiratoire est essentielle à cette régulation du besoin en oxygène, on comprend bien que la fonction cardiaque l’est tout autant. En effet, lors d’un effort prolongé ou intense, les besoins des muscles et des organes vont donc s’accroitre sensiblement. Il va alors falloir pour l’organisme accroitre l’apport en oxygène vers ces muscles.
Nous ne disposons alors que de deux moyens pour nous adapter :
L’organisme accroit la fréquence du cœur (hausse du rythme cardiaque) afin d’envoyer plus d’oxygène dans le même laps de temps.
L’organisme augmente la quantité d’oxygène envoyée à chaque flux. Le rythme est donc le même mais le volume est plus important.
Des mesures pour nous aider à comprendre ce besoin

Plus l’effort est intense et prolongé et plus le besoin et donc la consommation en oxygène est importante. Pourtant à un certain niveau, l’organisme ne peut plus accroitre cette consommation. On est alors à ce que l’on appelle la Consommation maximale d’oxygène pendant l’effort abrégée sous la forme de VO2 MAX. C’est donc en cherchant à améliorer cette capacité à utiliser l’oxygène, que l’on pourra accroitre ses performances en ce qui concerne l’alimentation de nos muscles en oxygène.
Le cardio-training et tous les sports s’y rattachant seront alors bénéfiques à cette ambition, dans la mesure où ils permettent d’accroitre la quantité d’oxygène transportée vers les muscles sollicités pendant l’effort concerné, comme nous l’avons vu ci-dessus.
Enfin, l’oxygène est utilisé par notre organisme pour fournir de l’énergie aux muscles, comme nous le constaterons ci-dessous. Ces mécanismes produisent, à l’image d’un moteur de véhicule, des déchets concentrés dans le dioxyde de carbone. La fonction respiratoire, si elle sert à alimenter notre organisme en oxygène, élimine aussi ce dioxyde de carbone, et cette élimination n’est possible que par une consommation d’oxygène, indispensable au processus.
Le besoin en oxygène s’accroit donc à mesure que notre organisme produit du gaz carbonique, qui croit lui-même en fonction de l’intensité de l’effort (et donc de l’apport en oxygène). Mais une partie essentielle de cet apport en oxygène reste utile à la production d’énergie indispensable à toutes les activités physiques.

Les filières énergétiques, une consommation d’oxygène indispensable

On a défini, que l’oxygène était transporté, par le biais des globules rouges, vers les muscles qui en avaient besoin. En effet, ces derniers, lorsqu’ils sont sollicités, ont besoin d’une source d’énergie pour pouvoir se contracter. L’énergie de ses muscles réside dans l’adénosine triphosphate, plus connue sous sa forme abrégée ATP. Or l’organisme ne stocke pas l’ATP en grosse quantité. Molécule lourde (empêchant notamment le stockage par l’organisme), l’ATP présent dans l’organisme ne peut soutenir les muscles que durant quelques secondes. Il est alors indispensable que notre corps prenne le relais en réussissant à produire de l’ATP afin d’alimenter les muscles concernés.
3 filières énergétiques existent et l’organisme sollicitera l’une ou l’autre en fonction de l’intensité et de l’effort demandé à nos muscles. Deux voire même les trois filières peuvent coexister au cours d’un même effort. Les deux premières filières énergétiques de notre organisme sont qualifiées d’anaérobiques, c’est-à-dire qu’elles n’impliquent pas de besoin en oxygène. La filière anaérobie alactique et la filière aérobie lactique sont utiles et nécessaires pour des efforts de faible durée même si ils peuvent fournir de l’énergie pour des efforts intenses comme un sprint par exemple.
A l’inverse dès lors que l’effort se prolonge, la filière aérobie (qui consomme donc de l’oxygène) prendra le relais. Cette filière repose principalement sur la glycolyse. Le glycogène, qui peut être stocké dans le muscle en lui-même ou amené par le sang, est alors transformé grâce à l’oxygène en ATP, le carburant des muscles. L’oxygène s’impose alors comme essentiel, sous peine de voir cette alimentation en ATP insuffisante pour prolonger l’effort.

Elément essentiel à la vie, l’Oxygène reste aussi le moteur indispensable pour tous les efforts auxquels nous soumettons notre organisme. Indispensable à l’élimination du gaz carbonique produit par notre organisme, l’oxygène reste aussi à la base de l’énergie fournie aux muscles sollicités.

Vous voulez courir plus vite?

Obtenez gratuitement en 3 clics votre programme sur mesure

Partagez l'article :

À propos de Guillaume Declayer

Guillaume est préparateur physique à Paris et spécialisé en course de fond. Il entraine des sportifs de tous les niveaux du débutant à l'athlète. Il organise deux fois par mois, dans le bois de Vincennes, des cours s'adressant aux coureurs débutants.
INFORMER PARTAGER MOTIVER
814c902028d7ac100f81850cf7749349NNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNN