Les symptômes qui prouvent que vous êtes sensibles au Gluten

La sensibilité au gluten peut provoquer des symptômes au niveau du système digestif, créer un état de fatigue, ainsi que d’autres problèmes de santé

RECEVEZ-LE GRATUITEMENT

La sensibilité au gluten non cœliaque peut affecter presque tous les systèmes de votre corps. Les médecins qui effectuent des recherches sur cet état de santé dont l’existence n’est pas encore prouvé, parlent de symptômes qui incluent des problèmes au niveau du système digestif, de la peau comme des éruptions cutanées, un « cerveau embrouillé », des douleurs articulaires et des engourdissements aux niveau des extrémités.

Si vous vous dîtes que ces symptômes ressemblent énormément à ceux de la maladie cœliaque, vous avez absolument raison. En réalité, il est impossible de distinguer la sensibilité au gluten et la maladie cœliaque sur la seule base des leurs symptômes – ces deux conditions présentent des symptômes quasi identiques selon les experts de la sensibilité au gluten.

Pour rendre les choses encore plus confuses, la maladie cœliaque et la sensibilité au gluten non cœliaque ne sont pas les seuls types d’« allergies au gluten », qui existent.

Revenons à la sensibilité au gluten non cœliaque : depuis que des recherches ont été lancées dans ce domaine, tous les médecins ne reconnaissent pas la réalité de cet état de santé. Par conséquent, tous ne diagnostiqueront pas leurs patients comme souffrant de sensibilité au gluten. Les praticiens commenceront tout d’abord par effectuer le test de la maladie cœliaque et excluront cette maladie avant d’envisager de diagnostiquer une quelconque allergie au gluten.

Pourtant, de récentes recherches médicales menées sur la sensibilité au gluten ont renforcé la théorie selon laquelle il existe bien des allergies au gluten différentes de la maladie cœliaque. La maladie cœliaque est directement liée à une mauvaise réaction de votre corps à la protéine de gluten présente dans le blé, l’orge et le seigle.

Ce qui cause la sensibilité au gluten est beaucoup moins clair – ce peuvent être d’autres composants que le gluten présent dans ces grains (ce que l’on appelle parfois la « sensibilité au blé  non cœliaque »).

Néanmoins, la plupart des chercheurs continuent à nommer cet état « sensibilité au gluten non cœliaque, » au moins pour l’instant.

Les symptômes de la sensibilité au gluten impliquent de nombreux symptômes digestifs

Selon les médecins qui ont étudié et soigné des patients atteints de cette allergie, les symptômes digestifs de sensibilité au gluten sont très fréquents.

Par exemple, le Dr Fasano, qui dirige l’Université du Maryland pour la Recherche sur la Maladie Coelique et qui a publié une communication décrivant l’origine moléculaire de la sensibilité au gluten en 2011, déclare que les personnes qui sont sensibles au gluten ont souvent le syndrome du côlon irritable avec des symptômes comme la diarrhée et des maux d’estomac. (Bien sûr, il existe de très nombreux points communs entre les symptômes du syndrome du côlon irritable et ceux de la maladie cœliaque).

Le Dr Fine, qui a fondé Enterolab et son programme de tests de sensibilité au gluten, déclare que la plupart des patients qu’il a diagnostiqués comme souffrant de sensibilité au gluten ont « certains symptômes gastro-intestinaux » – que ce soit des brûlures d’estomac ou des problèmes de constipation.

La diarrhée est classique, tout comme les ballonnements et les flatulences sont assez fréquents dans les symptômes connus.

symptomes_maux_ventre_sensible_gluten

Des problèmes neurologiques peuvent également être des symptômes graves de la sensibilité au gluten

Tout comme avec la maladie cœliaque, la sensibilité au gluten peut causer la fatigue, une confusion mentale ainsi que d’autres problèmes cognitifs, comme des troubles déficitaires de l’attention et un état d’hyperactivité, assurent les docteurs Fasano et Fine.

Dr Fasano dit qu’il constate des maux de tête (y compris des migraines induites par le gluten) et une confusion chez environ un tiers des personnes qu’il a diagnostiqués comme souffrant de sensibilité au gluten non cœliaque… beaucoup plus que dans des cas de maladie cœliaque diagnostiquée. Les personnes diagnostiquées comme souffrant de sensibilité au gluten signalent également ressentir un sentiment de dépression et d’anxiété induit par le gluten, et les résultats d’une récente étude ont soutenu l’idée que le gluten peut être à l’origine d’un état dépressif si vous êtes sensible au gluten.

Le Dr Rodney Ford, un pédiatre et auteur néo-Zélandais de The Gluten Syndrome, a été le premier à émettre l’hypothèse que la sensibilité au gluten était principalement une maladie neurologique. « Il est très clair que l’un de ses principaux organes cibles du gluten est le tissu neural », affirme le Dr Ford.

Les symptômes au niveau de la peau, les troubles endocriniens et les douleurs articulaires sont communs en cas de sensibilité au Gluten

La dermatite herpétiforme (DH) est un problème cutané qui est le plus souvent associé à la maladie cœliaque (si vous avez une dermatite herpétiforme, vous avez aussi la maladie cœliaque si vos tests sanguins pour la maladie cœliaque sont positifs). Cependant, les personnes qui souffrent de sensibilité au gluten présentent souvent de multiples éruptions cutanées et d’autres affections de la peau qui disparaissent lorsqu’elles ne mangent plus du tout de gluten, selon l’expérience des chercheurs.

Dr Fasano assure qu’il a pu constater de nombreuses éruptions cutanées chez les personnes souffrant de sensibilité au gluten non cœliaque. « Ce n’est pas la dermatite herpétiforme – c’est plus comme un eczéma, » explique-t-il. En réalité, il existe des preuves montrant qu’une alimentation sans gluten peut aider à régler les problèmes d’eczéma, même chez les personnes qui ne souffrent pas nécessairement de la maladie cœliaque.

Les docteurs Ford et Fine conviennent que vous pouvez déclarer des problèmes de peau si vous êtes sensible au gluten, avec des éruptions cutanées et d’autres symptômes au niveau de la peau. Les symptômes disparaissent lorsque la personne commence à suivre un régime sans gluten et réapparaissent si elles recommencent à en consommer.

Tout comme la maladie cœliaque, la sensibilité au gluten peut provoquer des symptômes qui impliquent votre système endocrinien, comme l’infertilité et des maladies de la thyroïde, dit le Dr Fine. Il a également constaté que le gluten cause de l’asthme chez certaines personnes atteintes de sensibilité au gluten. De plus, les docteurs Fine, Fasano et Ford ont tous noté que de nombreuses personnes souffrent d’anémie, de douleurs articulaires et de picotements/engourdissements aux extrémités après à voir ingéré des aliments contenant du gluten. Tous deux sont également des symptômes courants de la maladie cœliaque.

Les recherches sur la sensibilité au gluten encore en cours

Bien sûr, la reconnaissance de la sensibilité au gluten comme étant un état différent de la maladie cœliaque et du syndrome du côlon irritable est tout à fait nouvelle. Il n’existe pas encore de recherche majeure permettant de relier de façon concluante l’un des symptômes mentionnés ci-dessus à la sensibilité au gluten (même si aucune étude sur la dépression n’a encore été réalisée). De nombreux médecins minorent l’importance des rapports affirmant l’existence de la sensibilité au gluten non cœliaque et disent à leurs patients qu’ils ne souffrent pas de problème avec le gluten si le test pour la maladie cœliaque est négatif.

Il n’existe également aucune explication des raisons pour lesquelles les symptômes de sensibilité au gluten et ceux de la maladie cœliaque sont si semblables. Toutefois, le Dr Ford a une théorie : Il suppose que les symptômes de la sensibilité au gluten et de la maladie cœliaque sont identiques parce que le gluten est directement à l’origine des symptômes chez les deux groupes de personnes, et que les dommages intestinaux ne jouent pas un rôle essentiel dans l’apparition des symptômes.

En d’autres termes, même si les patients souffrant de la maladie cœliaque développent une atrophie des villosités et que ce n’est absolument pas le cas des personnes qui sont sensibles au gluten, il estime que les deux groupes déclarent des symptômes directement liés à la consommation de gluten et non aux dommages intestinaux.

« L’atrophie des villosités intestinales est un test de diagnostic tissulaire pour la maladie cœliaque, mais il n’a pas grand-chose à voir avec les symptômes que vous développez lorsque vous mangez des aliments contenant du gluten, » a déclaré le Dr Ford. « La sensibilité au gluten est principalement une maladie neurologique. Les symptômes gastro-intestinaux sont causés par une irritation du système nerveux autonome – le système nerveux qui provoque des réactions involontaires de votre corps comme le fonctionnement de votre cœur, de vos poumons et de votre intestin. Lorsque votre système est exposé au gluten, c’est lui-même qui est responsable des symptômes ».

Aucune de ces informations sur les symptômes de sensibilité au gluten non cœliaque n’a encore été prouvée par des études ; pour le moment, elles ne représentent que l’opinion de quelques médecins qui ont effectué des recherches sur le sujet. Cependant, les recherches étant toujours en cours, nous espérons en apprendre davantage sur ces symptômes et sur ce qui pourrait en être responsable.

Sources :

https://chriskresser.com/pioneering-researcher-alessio-fasano-m-d-on-gluten-autoimmunity-leaky-gut/

http://thrivinggfcf.com/what-happened-to-the-bread-of-life-by-dr-kenneth-fine/

Brain-nerves

Besoin d'un programme pour vous tonifier?

Obtenez gratuitement en 3 clics votre programme sur mesure

Partagez l'article :

À propos de Fabien Guenier

Fabien est diététicien nutritionniste à Bordeaux. Il accompagne les sportifs qui souhaitent adapter leur alimentation à leur condition de vie que ce soit pour perdre du poids ou augmenter leur masse musculaire.
INFORMER PARTAGER MOTIVER
93dc5fc509e5216ddba82409a9d5d833n